Séjours à vélo en Touraine - Val de Loire

contact@loireescape.com

Rigny-Ussé, diamant du Bois Dormant

Rigny-Ussé, diamant du Bois Dormant

C’est peu après avoir laissé derrière nous le village de Bréhémont, petit bourg face à la Loire typique de Touraine, que nous remarquons pour la première fois des toitures mystérieuses à l’horizon. Elles apparaissent très légèrement au milieu d’une imposante forêt de feuillus puis disparaissent aussitôt, masquées par d’autres arbres plus imposants. Nous poursuivons notre route sur la piste cyclable de la Loire à vélo qui n’a fait que nous dérouler ses trésors depuis notre départ de Tours au petit matin. Savonnières et ses bateaux en bois traditionnels, Villandry et ses jardins qui semblent être aussi majestueux que ceux de Babylone et enfin Langeais et son château dont notre guide n’a cessé de nous vanter l’exceptionnel état de conservation du pont-levis. La Loire est toujours aussi sauvage et nous sommes surpris par la présence de deux ragondins au beau milieu de la route. Pas plus effrayés que cela par notre présence, ils traversent lentement, nous obligeant même à ralentir afin d’éviter la collision. La rive du fleuve est proche et les boires, fossés remplis d’eau stagnante nées des précédentes crues, sont peuplés par des dizaines de passereaux confectionnant leur nid. En inondant les prairies puis en se retirant la Loire assèche les bancs de sable et façonne de nombreux habitats naturels qui font le bonheur des espèces végétales et animales.

Les hectomètres défilent et notre mystérieux édifice est réapparu à l’horizon. Il se dévoile désormais lentement mais sûrement. Le donjon d’abord, puis les toits très aigus hérissés de cheminées finement sculptées et enfin les lucarnes. Notre intuition nous pousse à croire que l’on s’apprête à découvrir quelque chose de rare, un peu comme un mycologue en pleine cueillette apercevant au loin un champignon coiffé d’un chapeau orangé et qui espère très fort avoir déniché une amanite des Césars. Un panneau nous indique que nous ne sommes plus qu’à un km de notre pépite. Nous quittons la Loire à vélo à l’intersection de la rue de la Loire et parcourons les derniers mètres qui nous séparent du château : Il est encore plus beau qu’on l’espérait. Situé à une dizaine de kms au nord de Chinon, non loin du point de confluence de la Loire et de l’Indre, le château de Rigny-Ussé figure sans aucun doute parmi les plus beaux joyaux du Val de Loire.

Charles Perrault, propriétaire d’une maison dans les environs et ami du marquis d’Ussé, fut fasciné par le charme irrésistible de ce chef d’œuvre de la Renaissance. Il s’en inspira pour écrire son célèbre conte « La Belle au bois dormant » où il y fit naître Aurore, héroïne plongée dans un sommeil qui dure depuis cent ans et qui ne pourra être réveillée que par le baiser d’un prince charmant. Les tours aux allures secrètes, les façades en tuffeau immaculé et les nombreux loups qui rodaient à l’époque à la lisière de la forêt de Chinon furent autant d’ingrédients pour imaginer un conte merveilleux au sens noble du terme. Le château en contient d’ailleurs une mise en scène réalisée avec des statues de cire. Les jardins, flamboyants, sont à la hauteur du château : Dessinés par Le Notre, célèbre pour être à l’origine des jardins de Versailles, ils sont un modèle de jardins à la française. Une terrasse, des fontaines et des bassins viendront au fil du temps donner encore un peu plus d’allure à ces jardins qui ne jouissent malheureusement pas de la reconnaissance qu’il mérite, éclipsés par la féérie du château. 

Pour l’anecdote, sachez que malgré son aura le château de Rigny-Ussé n’a jamais été fréquenté par la royauté, contrairement à bon nombre de châteaux des alentours, Chinon et Langeais pour ne citer qu’eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.